Running: La Grande Muraille de Chine

Il y a des buts qu’on se fixe dans une vie. Découvrir un pays à l’autre bout du monde, une nouvelle culture. Dépasser ses limites et réaliser des choses que l’on n’aurait jamais cru pouvoir un jour entreprendre.

J’ai vécu l’une des expériences les plus intenses. Sans jamais l’avoir anticipé. Je ne savais même pas qu’il existait une course sur la Grande Muraille de Chine. Je ne savais même pas que je pourrais un jour aller à Beijing (Pékin quoi). Je ne me rendais même pas compte que j’allais passer deux mois en Chine. Et voilà qu’à peine arrivé, ma super team de Disney me dit qu’il y a un Marathon organisé là bas…

« I’m in » !

Hercules Gif

Alors je vous arrête tout de suite, j’aime le sport mais le Marathon, pas encore. J’hésitais entre le semi et le fun run puis j’ai suivi ma team. Ce serait donc 8,5km de traversée de cette nouvelle merveille du monde. La distance peut paraître courte mais… courir sur la Grande Muraille de Chine, ce n’est pas comme courir le long de la Seine…

Après nos premières semaines de travail passionnel à Shanghaï, nous voilà en vol pour Pékin. Un check-in plus tard et un bus à 3h du matin, nous sommes en route vers le top départ. Peu importe la fatigue, peu importe les cernes (que j’allais de toute façon cacher derrière mes lunettes de soleil)… Découvrir ce genre de site vous remplis forcément d’énergie. Le lieu est fabuleux. L’ambiance est complètement stimulante sur la place du Yin et du Yang.

Running: La Grande Muraille de Chine

Ah, je ne vous l’ai pas encore dit mais l’orchestre chinois nous a accueilli en jouant « Jingle Bells » sous un soleil de 30 degrés. Je viens de m’en rappeler. C’était… Intéressant (comme beaucoup de choses en Chine).

Le premier top départ est lancé: les marathoniens (je les respecte tellement). Puis les coureurs du semi (je les respecte aussi). Bientôt à mon tour de me lancer. #Euphorie

Pour une fois, j’allais courir sans musique dans les oreilles. Je voulais juste m’imprégner de cette expérience qui ne se répéterait sans doute jamais. Top c’est parti. On commence sur une route mais le paysage est déjà magique.

Running: La Grande Muraille de Chine

Je comprends vite que cette route va me faire grimper des dénivelés de fou. Mais je (nous) suis (sommes) encouragé(s) par des habitants du coin qui m’ont transmis une énergie de folie. Photos à l’appui.

Running: La Grande Muraille de Chine

Je vais être très honnête avec vous. La pollution se fait sentir dans les poumons (comment j’ai pu me plaindre de l’air Parisien?). Bon, rien de fatal non plus, on s’y habitue. Mais… en fait… ça grimpe vraiment. Ça aussi, on va s’y habituer.

Running: La Grande Muraille de Chine

Quelques kilomètres plus tard et me voilà à l’entrée de ce « Great Wall Of China ». Les pompiers chinois sont là, avec moi. Un petit ravitaillement d’eau – je n’en n’ai jamais bu autant sur une course – parce que oui, je vous ai pas dit mais il faisait 30 degrés – et c’est parti.

RUNNING: LA GRANDE MURAILLE DE CHINE

Running: La Grande Muraille de Chine

Le paysage est sublime. Voilà. J’ai distancé mon équipe, je suis seul mais je n’ai jamais ressenti une telle énergie. Et en même temps, tout le monde faisait comme moi : un petit stop photo. Merci les filles pour celle là !

Running: La Grande Muraille de Chine

J’adore courir dans les escaliers, dans le métro, sur tout type de parcours. Là il y en a beaucoup. La bonne ou mauvaise nouvelle c’est que l’on est tellement nombreux (marathoniens et semi-marathoniens en tête) qu’il y a des embouteillages à chaque passage étroit. Et il y en a un certain nombre – très bien pour reprendre son souffle au passage. Bref, j’ai continué comme ça et j’ai vécu la plus belle course que j’aurais pu imaginer. En bonus, je suis assez fier de vous écrire en précisant que je suis arrivé 6e de ma catégorie (les plus de 30 ans, faut se l’avouer) #proud.

Running: La Grande Muraille de Chine

Je vais conclure sur cette citation d’une belle blonde américaine qui a interrompu une conversation avec mes amis pour leur dire « Oh my God guys, vous auriez dû le voir, il courait trop facilement et prenait la pose pour pleins de photos en même temps, sans une goute de sueur. Avec un sourire et des cheveux parfaits. Il était FLAWLESS » C’est elle qui l’a dit #thatswhatshedsaid.

Beckham Gif

Voilà. Si un jour vous voulez faire comme moi, cliquez là : great-wall-marathon.com

There are things you note on your bucket list. Like travelling the world, exploring cities that are so far away from your comfy home. Discovering new cultures… And uf you like to mix it with some gymspiration, well, this experience is tailor made for you. Try running the Great Wall of China.

Running: La Grande Muraille de Chine

Yes, I did it. And it was AMAZING. I never even thought I would be able to go to China this year. I didn’t even know this race existed. I’ve been lucky enough to meet the greatest friends in Shanghai Disney Resort. We were at the right place at the right time. I remember we talked about it in Tomorrowland and a few weeks after, we were flying to Beijing for the weekend.

One check in and a two hours sleep later, here we are on a bus taking us to the Yin & Yang square. The view was already breathtaking. The music played by the local band was funny – as much as a lot of things in China. Imagine hearing Jingle Bells on repeat on a sunny 90 degrees day.

Time for first runners to start – I have so much respect for people who run Marathons and Half-Marathons. It’s almost our turn #euphoria.

No ipod, no music needed. I wanted to embrace everything about my race. Of course I had my iPhone with me to capture every key moment. So I have to admit it felt hard from the beginning to run with the pollution in the air and the road endlessly going up. But the view and the ambiance were breathtaking.

Running: La Grande Muraille de Chine

The air was polluted and the road kept going higher and higher, but their was a Chinese crowd cheering us up and it was the greatest feeling.

Running: La Grande Muraille de Chine

A few miles later, I was finally at the entrance of that Great Wall. I was on my own by then, having the time of my life.

RUNNING: LA GRANDE MURAILLE DE CHINE

I stopped for a photo and two very nice Chinese girls offered to take it for me. I think you can get the feeling of the whole experience looking at this one. I was so happy to do it.

RUNNING: LA GRANDE MURAILLE DE CHINE

I never thought I would run so many steps. I stopped counting them pretty early (I am thinking right now I should try running the stairs of the Eiffel tower). It was the most intense run ever. Nothing you can compare to. I enjoyed every part of it. I was so proud to finish number 6 in my category.

I am not into competition though. I would even say the thing I am the most proud of, is what this very nice American girl told my friends after the finish line:

« Oh my God guys, you should have seen him, he was running so easily and then posing for photos, no sweat, perfect smile, perfect hair. He was just flawless » I guess it was me! #thatswhatshesaid

Feel like trying it one day? Have a look here: great-wall-marathon.com

We did it!
We did it!
Publicités

Une réflexion sur “Running: La Grande Muraille de Chine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s